Qu'est ce qu'une licence copyleft et une licence permissive ?

Les licences copyleft

Les licences copyleft sont des licences rendant persistantes les libertés consenties en obligeant les utilisateurs subséquents à concéder systématiquement les mêmes libertés. Les contributeurs restent titulaires de leurs droits d'auteur et restent libres d'exploiter leur(s) contribution(s). Seule une cession de droit non exclusive est requise.

On parle indifféremment de réciprocité ou de copyleft.

Dans cette situation, l'intérêt de l'utilisateur final prévaut sur la liberté de celui qui diffuse l'œuvre.

La question demanderait une étude plus poussée, mais deux mécanismes sont aujourd'hui utilisés alternativement :

  • imposer l'utilisation d'une licence particulière (à l'instar des licences GNU GPL qui contraignent l'utilisateur à réutiliser uniquement cette licence);
  • ou obliger les preneurs de licence à conférer les mêmes libertés contractuellement prévues dans la licence initiale (comme le fait par exemple la CDDL en exigeant que les droits cédés devront se retrouver dans la licence finale — qu'il s'agisse de la CDDL ou de toute autre). Il en résulte une relation de confiance qui sécurise et favorise les collaborations entre professionnels.

Strong copyleft

Un strong copyleft caractérise une licence qui impose à l’ensemble (ou une grande partie) des œuvres dérivées de l’œuvre originale des conditions identiques à la licence d'origine. En d'autres termes, les conditions imposées par la licence posée par l'œuvre s'imposera aux œuvres dérivées de l'œuvre originale. C’est le cas des licences GNU, l’étendue de la licence ne se limitant qu’à l’agrégat. Tout code lié à l’œuvre originalement licencié devra respecter les termes de la licence. Pour plus d’informations, voir les aspects techniques.

Weak copyleft

Dans les cas des licences ayant un weak copyleft, le code lié à l’œuvre n’est souvent pas compris dans l’étendue de la licence. Un exemple de licence de copyleft faible est la MPL dont l’étendue se limite aux fichiers licenciés. L'étendu d'une licence ayant un weak copyleft est ainsi moindre, d'où la distinction entre strong et weak copyleft.

Les licences permissives

Inversement, les licences permissives imposent que seules les obligations du récepteur de l'œuvre doivent être transmises. Les utilisateurs ultérieurs sont libres d'en ajouter d'autres obligations lors du transfert. Le logiciel redistribué perd souvent les libertés qui lui étaient attachées.

Les licences permissives sont traditionnellement assimilées à des renonciations. Le statut des œuvres est proche de celui des œuvres tombées dans le domaine public en imposant en règle générale uniquement le respect de la paternité . Sont présentes les habituelles clauses d'exclusion ou limitation de garanties et de responsabilité. Cette plus grande liberté les fait coexister sans difficulté car il est très simple pour une licence permissive d'être compatible en perpétuant simplement les obligations initiales.

Voir article sur la compatibilité.